Critique de livre : Le Faiseur de Rêves

Parmi tous les écrivains que j’apprécie s’il y en a bien une que je pourrais choisir comme modèle, à cause de son style d’écriture, ses merveilleuses histoires, son parcours de vie et sa personnalité passionnante, ce serait bien Laini Taylor. Je l’ai découverte avec Le Faiseur de Rêves et cela a été une révélation pour moi. J’ai depuis lu tous ses autres romans que j’adore également et j’ai eu la chance de la rencontrer il y a deux ans.

La duologie du Faiseur de Rêves est pour moi son œuvre la plus aboutie jusqu’à présent. Comment décrire son style d’écriture ? Poétique, lyrique, léché, métaphorique et surtout unique ! Pour moi elle est presque plus une peintre qu’une écrivaine, tant ses mots suscitent des images vivides dans l’esprit de ses lecteurs. Chaque phrases devient une véritable œuvre d’art. S’il y a pour moi un style d’écriture que j’aimerais approcher un jour, ce serait bien le sien.

Mais parlons plus précisément du Faiseur de Rêves. Dans un monde bien différent du nôtre, Lazlo travaille dans la plus grande bibliothèque du monde à Zosma. Érudit toujours plongé dans ses songes, il est sous-estimé de tous mais il a un rêve, résoudre l’énigme de la Cité Oubliée. Une ville de légende dont le nom a soudainement disparu de l’esprit de tout le monde des années plus tôt. Quand une expédition surgit du désert pour recruter les meilleurs scientifiques afin de les emmener dans la Cité Oubliée pour résoudre un mystère encore plus insoluble. Lazlo saute sur l’occasion pour découvrir le lieu qui l’obsède depuis toujours. Sarai a, elle, grandi enfermée entre des murs qu’elle ne peut franchir, rêvant de découvrir l’extérieur qu’elle ne peut visiter que dans ses songes grâce à son don étrange. Elle et Lazlo vont voir leurs rêves se rencontrer, dans tous les sens du terme.

Ce qui marque peut-être le plus chez Laini Taylor et plus particulièrement dans ce roman, ce sont les personnages. Ils sont parmi les plus uniques que j’ai pu rencontrer dans mes lectures. Ne serait-ce que les deux personnages principaux: Lazlo, le bibliothécaire singulier et introverti à l’immense détermination, et Sarai, la jeune déesse enfermée dans une citadelle volante, à la fois très désabusée mais aussi profondément sensible. Mais aussi les personnages secondaires, particulièrement l’étrange Minya, la fillette-adulte dont l’envie de vengeance est profondément effrayante.

La mythologie créée par l’auteure est immensément fascinante, sortant de ce qu’on a l’habitude de voir dans les livres fantastiques. Et qui n’aurait pas envie, comme Lazlo, de découvrir la Cité Oubliée et ses mystères ? De plus l’histoire est maitrisée et passionnante à suivre, je me suis attachée dès le départ à Lazlo et surtout à Sarai, et j’ai dévoré le roman très vite, avide de savoir ce qui allait leur arriver. J’avoue avoir été un peu déçue par le second tome de cette duologie mais j’avais tellement aimé le premier qu’il était difficile à égaler.

Pour résumer, je vous conseille de lire ce roman, c’est une merveille. C’est d’ailleurs le livre que je conseille le plus ces dernières années. L’univers est merveilleusement passionnant, l’histoire est prenante et les personnages sont uniques et attachants.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :